A quoi sert notre graisse ?

Hello Les Athlètes Gourmands 😉

 

A quoi sert notre graisse ?

 

taux de graisseDans un monde où le poids et la graisse sont vus d’un mauvais oeil. La graisse est un élément fondamental pour notre corps.

En effet notre graisse intervient de façon significative pour notre santé et notre longévité. Tout d’abord la graisse agit en tant que bouclier autour de nos organes vitaux comme pour les reins par exemple. Nous l’utilisons également comme un revètement pour nous protèger et nous isoler du froid.

Les tissus adipeux sont également un signe de bonne santé à condition évidemment de ne pas être dans l’excès.

 

Avez-vous de la graisse ?

 

  • Graisse minimum :2 à 5% pour les hommes / 10 à 13% pour les femmes

Physique très déssiné. Les veines et les stries sont très visibles.

  • Athlète : 6 à 13% pour les hommes / 14 à 20% pour les femmes

Belle définition musculaire, abdos dessinés, muscles dessinés également au niveau des cuisses, du dos, des bras… Visage fin et machoire anguleuse.

  • En forme : 14 à 17% pour les hommes / 21 à 24% pour les femmes

Bonne définition musculaire, au niveau des jambes, du torse et du dos. C’est la tranche dans laquelle je me situe.

  • Normal :  18 à 24% pour les hommes / 25 à 31% pour les femmes

Abdos pas forcement visibles. légère définition musculaire plutôt sur le haut de corps ou pas selon le niveau de pratique d’activités physiques.

  • Supoids et Obésité : 25 % et plus pour les hommes / 32% pour les femmes

Selon l’élévation du taux, des problèmes de santé peuvent être engendrés par le surpoids !

Ce que l’on peut ajouter à propos de la graisse, c’est un carburant, une réserve d’énergie à disposition de notre corps en cas de famine.

 

La graisse est-elle un allié ?

 

Sans parler d’activités physiques et des dépenses liées à celles-ci, notre corps a besoin de beaucoup de calories pour maintenir ses fonctions vitales. Notamment pour notre cerveau qui consomme au repos un tiers des calories dont nous avons besoin pour maintenir notre poids de corps. Pour le cerveau les calories sont de prime abord.

caverne Maintenant faisons un point sur nos ancètres, avant l’industrialisation, l’être humain était incapable de prévoir si les calories allaient manquer ou non. Il est arrivé que nos aieux aient connu de longues périodes de pénuries de nourriture avec par exemple la rareté ou la disparition d’une espèce animale, ou encore les pertes alimentaires dues à un hiver tenace. On peut également ajouter les aventures sur les océans, la survie des matelots dépendait alors de la graisse amassée par le corps. Encore une fois notre corps est régit par la survie.

Si nous jeunons par exemple, notre corps va alors puiser dans les réserves d’énergies. Ces réserves d’énergies sont réparties en 3 catégories que vous connaissez sans doute : les protéines, les glucides et les lipides.

En résumé notre corps stocke des glucides dans le foie, et les muscles. Les glucides étant la source d’énergie la plus facilement utilisable pour notre corps. Cependant il ne sait pas stocker les glucides en grande quantité, en revanche il sait les transformer sous forme de graisses. Ceux-ci s’explique également par le fait que les protéines et les glucides contiennent uniquement 4 Kcal par gramme, alors que les graisses ont par gramme plus du double soit 9 Kcal.

Ce qui fait donc des protéines et des glucides de moins bonne source d’énergie. Notre corps est intelligent, il fait au mieux en fonction de ce qu’on lui donne.

 

Pour conclure

 

La graisse n’est pas une réserve d’énergie stockée sans vie ni fonction. Elle est bien entendue régit par la survie. Quand elle est stimulée correctement avec de bons aliments qui engagent un bon fonctionnement des adipocytes afin de répondre aux besoins de votre corps.

Elle est aussi utile à la perte de graisses, en agissant comme source d’énergie. En effet lorsque nous sommes en déficit calorique, notre corps va puiser dans ses réserves et les plus grosses réserves de notre corps sont nos graisses.

Notre graisse corporelle est un isolant thermique, nous protégeant ainsi contre le froid et la chaleur. Elle nous permet de survivre en cas de longues périodes de privation.

Les tissus adipeux sont le plus propice au stockage de calories dans un minimum de place.

 

Est-ce que la transpiration fait maigrir ?

transpiration

Hello les Athlètes Gourmands 🙂

C’est l’histoire de Xavier 32 ans en surpoids, qui pratique de nombreuses activité physique, il me dis :

“Virgile ! je ne comprends pas je transpire comme une vache et je ne perds pas de poids…”

 

Pourquoi et Comment la transpiration

 

Il est vrai que lorsque nous bougeons nous transipirons, on est donc en droit de se demander si la transpiration est directement liée à la perte des calories !

Tout d’abord définissons la transpiration ! Pourquoi transpirons-nous ?

Nous transpirons simplement pour abaisser la température général du corps. Notre organisme à pour fonction de maintenir la température corporelle à 37°C.

Elle a aussi pour but d’évacuer les toxines au sein de l’organisme les déchets du métabolisme.

transpiration
La transpiration

Il y a deux facons de transpirer, la transpiration de régulation thermique et la transpiration émotionnelle.

Pour la transpiration de régulation thermique elle est généralement suivi par une activité sportive. Pour la transpiration émotionnelle cela peut etre du à une situation de stress comme les sueurs froides lors d’une manipulation du volant de votre voiture pour esquiver une accident.

D’autres raisons pour lesquelles nous transpirons, une consommation d’aliments spécifiques comme un plat épicé, une pertubation hormonale, la prise de certains médicaments ou certaines maladies (obésité, hyperthyroïdie..).

La transpiration est en lien avec la quantité d’eau que vous consommez chaque jour ! Si vous buvez peu d’eau, vous aurez du mal à evacuer les toxines, à l’inverse si vous buvez beaucoup vous aurez d’avantage de facilité à transpirer !

 

La transpiration et les calories

 

La question à 100 000€ : Est-ce que transpirer fait maigrir ?

Réponse : NON !

Je m’explique :

Il est vrai que les calories sont notre carburant, donc nous pourrions croire que le fait de brûler des calories nous fait transpirer. Hors la transpiration est un mécanisme indépendant.

Cela ne veut pas dire que nous ne brûlons pas de calories pendant que nous transpirons. Cela veut juste dire que les deux actions ne sont pas liées !

Par exemple lorsque je conduis, je brûle des calories et je ne transpire pas ! Nous brûlons des calories en permanence à plus ou moins haute échelle en fonction de notre activité !

Ensuite,  j’ai eu des éléves qui transpirait très peu, et qui ont reussi à perdre du poids ! Tout cela pour dire que qu’on peut perdre du poids sans transpirer !

Après observation, j’ai remarqué que les gens qui suaient beaucoup recupèrent et éliminent les toxines plus vite car ils transpirent d’avantage que celles et ceux qui transpire nettement moins !

Pour maigrir il faut avoir depenser son énergie, si vous faites un sauna, hamam, vous allez transpirer et cela ne signifie pas que vous allez vous affinez ! Alors que si vous faites une séance de musculation ou un jogging vous pouvez être certain de brûler des calories.

Pour mieux comprendre voici une étude réalisée sur la transpiration, (cliquez ici) !

Cette étude explique que si un individu transpire plus qu’un autre c’est qu’il a d’avantage de poids à déplacer ! Deux individus de même poids transpirent autant qu’il soit petit et gras ou grand et mince !

 

Pour conclure
eau
eau

La transpiration n’est pas liée à la perte de poids ! car l’on peut transpirer sans brûler des masses de calories !

La transpiration est liée à votre consommation d’eau, plus vous buvez au plus vous avez de chance de transpirer pour éliminer les toxines !

En fonction de votre état de santé, vous pouvez être amener à transpirer beaucoup, si vous prenez des médicaments ou si vous avez beaucoup de poids à déplacer !

Bien s’hydrater est essentiel, car si vous transpirer cela veut dire que vous perdez de l’eau !

 

 

 

Merci de m’avoir lu jusqu’ici 🙂

A bientôt les Athlètes Gourmands 🙂

4 Exercices Pour Brûler du Gras

exercices fontionnels

Hello les Athlètes Gourmands 🙂

Voici 5 exercices avec haltère pour brûler un maximum de gras, notamment autour de la ceinture abdominale.

L’entraînement avec Exercices Gourmands

Tout d’abord, c’est l’utilisation de plusieurs chaînes musculaire au cours d’un même exercice. Lors de la pratique des exercices nous allons reprendre des mouvements que l’on retrouve dans la vie de tous les jours.

Ces exercices et entraînements permettent d’identifier les déséquilibres musculo-squelettiques, afin de réduire les risques de blessures et d’améliorer la posture et les mouvements du quotidien.

Plusieurs approches

L’approche neuro-musculaire des exercices fonctionnels qui vise à réapprendre à bouger, à se mouvoir en toute sécurité en reprogrammant nos schémas moteurs. Placez son dos, ses hanches, ses épaules… Avoir une synergie entre le mouvement et les muscles.

 

Par exemple, quand j’ai commencé la musculation il était pour moi difficile de pratiquer le tirage à la barre buste penché en avant en gardant un dos grandit et allongé, j’avais tendance à arrondir mon dos.

Tout cela est du à un manque de mobilité, à l’accumulation de mauvaises habitudes de la vie quotidienne.

Exercice Fonctionnel
Mauvaise Position
Exercice Fonctionnel
Bonne Position

 

Autre exemple, lors de mes premiers squats, j’avais des soucis de hanche et de positionnement, j’avais tendance à enrouler le dos et à avancer les hanches vers l’avant. Le pire c’est que je pensais que j’étais bien placé.

Toujours du à l’accumulation de mauvaises postures de la vie quotidienne, observez les bambins et la position de leurs dos lorsqu’il s’accroupissent. Leur position est excellente 🙂

Exercice Fonctionnel
Mauvaise Position

 

Exercice Fonctionnel
Bonne Position

4 Exercices

Pour illustrer ces exercices je vous l’ai propose en vidéo : Cliquez ici

Exercice Fonctionnel : le Front Squat

 

Instructions:

  1. Mettez-vous en position debout avec vos pieds écartés à la largeur des épaules en tenant un haltère dans chaque main reposant sur les épaules. C’est la position de départ.
  2. Accroupissez-vous en poussant vos hanches vers l’arrière.
  3. Continuez jusqu’à ce que vos cuisses soient parallèles au sol.
  4. Maintienez pour une seconde.
  5. Revienez à la position de départ.
  6. Répètez.
Exercices fonctionnels
Front Squat

Exercice Fonctionnel : les Fentes Arrière Alterné

Instructions:

  1. Mettez-vous en position debout en tenant des haltères à tes côtés et en contractant la partie centrale de votre corps.
  2. Lentement, faites un pas en arrière avec votre jambe droite. Vos orteils doivent être droit et faisant face vers l’avant.
  3. Gardez le genou avant plié.
  4. Fléchissez et abaissez le genou arrière juste au-dessus du sol.
  5. Faites un pas en avant vers la position de départ.
  6. Alternez droite et gauche
Exercices fonctionnels
Fentes Arrières Alternées

 

Exercice Fonctionnel : le Soulevé de Terre avec haltère

Instructions:

  1. Placez deux haltères par terre.
  2. Tenez-vous debout en face des haltères avec vos pieds écartés à la largeur des épaules.
  3. Fléchissez les genoux et les hanches pour abaisser votre torse vers un mouvement de squat, gardez l’allongement de la colonne vertébrale.
  4. En bas, tenez les haltères en pronation, tout en gardant vos bras entièrement tendus.
  5. Revenez à la position debout  en allongeant vos hanches vers l’avant. Ne courbez pas ton dos.
  6. Redescendez les haltères au niveau de la cheville ou au sol.
  7. Répètez.
Exercices fonctionnels
Soulevé de Terre avec haltère

Exercice Fonctionnel : La Planche Jumping Jack

Instructions :

  1. Placez vous en position de planche.
  2. Les coudes sous les épaules
  3. Les pointes de pieds dans le sol largeur de hanche.
  4. Maintenez maintenant gainez vos abdos, fessiers et cuisses pour sécuriser la position de départ.
  5. En gardant les coudes ancrés dans le sol, émettez une implusion partant des pointes de pieds et écartés vos pieds bien plus que les épaules.
  6. Votre bassin va bouger, en gardant votre gainage central, vous travaillerez bien vos abdos.
  7. Refaites une impulsion pour ramener vos pieds en position de départ.
  8. Répétez.
Exercices fonctionnels
Planche Jumping jack

Connaissez-vous ses exercices ? Lesquels vous pratiquez déja ? Des questions ? j’attends bien entendu votre retour dans les commentaires 😉

A bientôt les Athlètes Gourmands 🙂

Les Glucides, Comment et Pourquoi

Les glucides les sucres rapide

Hello les Ahtlètes Gourmands 🙂

 

Voici l’histoire des glucides.

Nous sommes en 2000, il fait très beau.

BWN et TWINGO
La BMW et la Twingo

C’est l’histoire de 2 voitures qui se rencontrent sur un parking, devant un supermarché.

Il y a une belle Twingo et une sublime BMW qui discutent.

Toutes les deux sont en train de parler course, la BMW roule des mécaniques et prends de haut la twingo.

La Twingo reste calme et ouverte à la discussion, malgré les remarques et les manières déplacées de la BMW…

C’est alors qu’elles décident de faire une course.

Biiiim! C’est parti, la course est lancée.

Et là!!!! la Twingo gagne, mais pourquoi ?

Tout simplement parce que la twingo a donné à son moteur du carburant, une source d’énergie, qui lui a permise de se déplacer…

La Ferrari était à plat… Plus de carburant, panne sèche.

Pour les Glucides c’est exactement la même chose, si vous pratiquez une marathon, une séance d’entraînement en musculation, ou encore un match de handball, sans consommer de glucides vous n’irez pas loin.

 

Pourquoi prendre des Glucides

 

Les glucides font partis des Macronutriments comme les lipides et les protéines.

Les glucides sont la source principale de l’énergie de notre corps. C’est un substrat énergétique qu’on retrouve dans un grand nombre d’aliments.

Ce macronutriment est utilisable par toutes les cellules de notre corps.

Ils permettent la synthèse d’une molécule indispensable à la contraction musculaire : L’Adénosine Tri-Phosphate (ATP)

Premièrement, les glucides ont pour fonction de maintenir une constante glycémie.

Par exemple :

Scénario n°1 : Etude de cas

les glucides dans le café gourmand
Café Gourmand

Vous êtes au restaurant, vous mangez donc une entrée avec légumes (faible teneur en glucides).

Ensuite, un plat principal avec votre viande, des légumes et des féculents du riz, vous êtes gourmand et vous vous resservez. Puis pour finir le repas vous terminer avec un café gourmand composé de viennoiserie.

Scénario n°2 : Etude de cas

Vous êtes au restaurant, vous mangez une entrée à base de légumes, (faible teneur en glucides).

Ensuite, lors du plat de résistance, avec votre viande, des légumes, vous consommer également une portion de riz adapté à vos dépenses énergétiques journalier. Puis vous terminer votre repas avec une salade de fruits rouges

Les glucides dans les fruits rouges
Salade de fraises

Scénario n°1 : Conclusion

En mangeant aléatoirement, ou à l’envie du moment. Vous risquez de faire monter votre glycémie, car la quantité de glucides à digérer est trop importante. De ce fait votre glycémie sera perturbée et inconstante.

Scénario n°2 : Conclusion

En mangeant avec plus de contrôle sans vous priver, toujours ce que vous aimez consommer. Vous permettez à votre glycémie de ne pas trop monter et d’avoir ainsi une digestion plus simple.

 

Deuxièmement, les glucides vont contribuer à la synthèse de glycogène (source de sucre directement utilisable par le muscle, ce glycogène est stocké dans les muscles et dans le foie).

Le stockage de glycogène est estimé à 300g soit une réserve de 1200kcal.

Les glucides fournissent 4kcal/g tout comme les protéines.

 

Pour conclure

 

Le glucose est le résultats des glucides absorbés, il circule dans le sang et peut-être utiliser par toutes les cellules.

 

Les glucides dans les aliments

 

Sucre lent et Sucre Rapide / Sucre Complexe et Sucre Simple

Les travaux de Wahlqvist ont bien montré que le pic de glycémie apparaît à peu près en même temps pour tous les glucides rapides ou lents, que leur molécule soit simple ou complexe, rapide ou lent.

 

Les glucides absorption
Les Sucres Lents et Les Sucres Rapides
En résumé :

 

Les sucres rapides, les sucres à assimilation rapide : un bonbon, une pomme, une banane.

Les sucres lents, les sucres à assimilation lente : du sarrasin, du riz, des pommes de terre.

Pendant longtemps, les sources de glucides ont été divisée en deux catégories comme vu précédemment.

 

Conclusion

 

On pensait que l’absorption du glucose contenu dans les aliments à assimilation rapide ou lente après la digestion des glucides se faisait plus ou moins vite selon la complexité des glucides.

Plusieurs études ont pourtant montré, depuis plus de 20 ans, que cette classification est totalement FAUSSE.

L’absorption intestinale de tous les glucides se fait en effet dans le même laps de temps d’environ une demie heure et ce, quelle que soit la complexité de leur molécule.

« Sucres lents » et « sucres rapides » : une notion totalement fausse !

 

Le contenu des aliments sources de glucides

Les glucides simples

 

En résumé, les sucres simples sont de petites molécules à poids réduit.

On a donc les Monosaccharides :

Les glucides les sucres rapides
Ex : bonbons – “Les sucres rapides”
  • Le glucose : peu d’aliments sont riche en glucose, il est plutôt associé avec d’autre types de sucres.
  • Le fructose : présent dans les fruits et le miel.
  • Le galactose : présent dans le lait.

 

On a également les Dissaccharides (association de 2 molécules sucrées dont 1 de glucose) :

  • Le saccharose : C’est le sucre de table. (fructose + glucose)
  • Le lactose : présent dans le lait (galactose + glucose)
  • Le maltose : présent dans le malt (glucose + glucose)

 

Les glucides complexes

 

Ici, on retrouve les glucides complexes associant plus de deux molécules de sucres simples. Ce sont des Polysaccharides.

Les glucides sucres lents
Ex : Féculents -“Les sucres lents”
  • L’amidon : présent dans les céréales et féculents.
  • Le glycogène : notre corps le fabrique, on le retrouve dans le foie et dans nos muscles, aucun aliment ne possède du glycogène
  • La cellulose : n’est pas assimilable par le corps, on la retrouve dans les fibres.
Conclusion

 

On retrouve dans les glucides simples tout ce dont notre corps a besoin. En partant de là, la consommation de glucides complexes devient donc optionnelle. Néanmoins, il nous faudrait manger beaucoup de fruits et légumes pour avoir la bonne quantité de glucides dont il a besoin. C’est à ce moment là que l’intégration de glucides complexe devient intéressante.

Le saccharose et le fructose se trouvent à l’état naturel dans tous les fruits et légumes.

 

Comment prendre ses glucides

 

Choisissez la qualité et les glucides à Index glycémique bas.

Cela permet de prévenir des fringales ou des coups de pompes dans la journée 🙂

Vous pouvez très bien consommer des féculents à chaque repas qui sont plus rassasiants. Favorisez bien sur les aliments complets (pâtes complètes, riz complet…). Egalement augmentez votre consommation d’aliments riches en fibres, comme les légumineuses, les céréales complètes.

Limitez ou gardez pour le plaisir occasionnel, les viennoiseries ou pâtisseries qui sont nettement moins rassasiantes que les aliments vus précédemment. A consommer bien sur en tenant compte de l’apport glucidique de votre repas.

Pour aller plus loin repérer les aliments hyperglycémiants, ces aliments qui font grimper le taux de sucre dans le sang.

Voici certains paramètres qui influent sur la glycémie d’un aliment :

  • Le procédé de fabrication : le pétrissage

Par exemple : le Pain

  • Le temps de cuisson : plus le temps de cuisson est long, plus la digestion sera rapide et la glycémie élevée.

Par exemple : les pâtes bien cuites font davantage monter la glycémie que les pâtes « al dente »

  •  La texture des aliments : râpé, mixé, haché ou mouliné, un aliment sera digéré et absorbé plus ou moins rapidement.

Par exemple : un jus d’orange pressé fait monter plus rapidement la glycémie qu’une orange entière.

  •  Les autres aliments du repas : inclure des aliments contenant des fibres des protéines et des lipides ralentissent l’absorption des glucides et diminuent donc l’index glycémique.

Par exemple : Manger en entrée des œufs. Puis, manger du riz basmati et des légumes verts font baisser l’index glycémique du repas.

 

Les moments pour prendre des glucides

 

  • Avant/pendant/après une activité physique.

Cela va permettre à votre corps de se préparer à l’effort et d’utiliser les glucides comme source d’énergie. Donc, faire un entraînement sans avoir consommer de glucides au préalable peut entraîner une crise hypoglycémie et provoquer un malaise.

Glucides pendant le sport
Combiner les glucides et le sport
  • Répartir vos besoins en glucides dans la journée si il n’y a pas activité sportive.

Vous pouvez répartir comme bon vous semble vos glucides dans la journée. Ce qu’il faut retenir c’est que si vous avez besoin par exemple de 150g de glucides pour 24h. Peu importe quand est-ce que vous allez les consommez, le tout c’est de les manger.

Cependant, imaginons, vous décidez de manger tout vos glucides le soir, vous risquez de ne pas passer une excellente journée car vous vous sentirez faible.

 

Les besoins en glucides
Faire le plein d'essence
Faire le plein de Glucides/Gasoil

La consommation en glucide est estimée à 50 à 70% des apports énergétiques. La quantité varient bien évidemment en fonction des activités physique, le besoin minimal est d’environ 100g jour. Pensez bien que dans ces 100g on retrouve les légumes, fruit, féculents…

Le compteur de glucide monte très vite lorsqu’on additionne toutes les sources de glucides de la journée.

Lorsque vous savez combien vous avez besoin de lipides (cliquez ici pour savoir), et lorsque que vous savez de combien de protéines vous avez besoin (cliquez ici pour savoir).

Le reste est en Glucides.

Mon Exemple :

Mon Métabolisme de Base avec mon Activité sportive : 3100Kcal de maintenance sans perdre ni prendre de poids.

Mes besoins en Protéines : 154g = 616Kcal

Mes besoins en Lipides : 86g = 774Kcal

Mes besoins en Glucides = 774 + 616 = 1390Kcal donc : 3100 – 1390 = 1710Kcal de Glucides : 1710/4Kcal = 427g de Glucides par JOUR.

 

Les carences en glucides

 

Une consommation faible ou réduite des glucides engendre un ralentissement du métabolisme. Car cela oblige votre organisme à créer lui-même du glucose à partir des graisses et des protéines de vos muscles. Cela provoque certes une perte de poids surtout au niveau de la masse musculaire et moins au niveau des réserves de masses grasses. Le corps réagit et se met en alerte !

Dans le cas ou vous ajusteriez votre diéte, en apportant à votre corps une quantité minimale de glucides. Vous reprendriez du poids directement, notamment à cause de l’eau que les glucides retiennent.

Anecdote fascinante, si l’apport journalier en glucide est compris en 80 et 100g, les glucides manquantes seront fabriquées à partir des proteines, donc à partir de vos muscles… “Oulalala”

 

Consommation excessive de glucides
Ventre graisseux
Surpoids et Obésité

L’excès d’apport glucidique entraîne une prise de gras, par un stockage énergétique sous forme de graisse. Cette réaction est provoquée par l’insuline hormone de stockage. Sur le long terme ceci favorise la prise de poids, ce qui mène aux surpoids à l’obésité et diabète…

 

 

 

 

Découvrez ici une video que j’ai découvert sur le parcours des glucides dans le corps 😉 très bien résumé. Bravo à l’auteur 🙂

 

Merci de m’avoir lu jusqu’ici 🙂 Si vous avez des questions je vous invite à les poser dans les commentaires 🙂 je serais ravi d’y répondre !

 

A bientôt les Athlètes Gourmands

Les Protéines Comment et Pourquoi ?

Proteines végétales

Hello les Athlètes Gourmands 🙂

Tout d’abord,

La Charpente
Montage d’une maison

Les protéines, les Lipides et les Glucides sont les macronutriments indispensables à la bonne marche de notre organisme.

Fermez les yeux et imaginez votre maison, votre appartement sans cloison, sans brique, sans parpaing, juste la charpente est apparente.

Vous vous sentirez alors dans un lieu ouvert, dans un lieu non protégé et dans un endroit sans sécurité. A se demander si les poutres et les tuiles vont nous tomber sur la tête…

C’est exactement l’histoire des protéines qui enveloppent notre corps…

 

Définition

 

Les protéines sont des nutriments qui contribuent à toutes les fonctions métaboliques. Elles représentent notre masse musculaire. Elles vont dans le foie qui à un rôle essentiel dans l’assimilation et la synthèse des protéines car il gère l’anabolisme et le catabolisme musculaire. Les protéines interviennent dans le but d’entretenir, d’accroître les tissus, les organes et participent à la bonne marche du système de défense immunitaire.

Au sein des protéines nous retrouvons des acides aminés essentiels. Ils sont dis essentiels car le corps ne les fabrique pas, il faut donc lui apporter dans nos aliments. Il y a 10 Acides Aminés Essentiels chez l’enfant et 8 chez l’adulte.

Ensuite, il est primordial de savoir quelle quantité manger. Une consommation faible en protéines ralentira vos progrès et vous affaiblira car vos muscles récupéreront moins bien. A l’inverse consommer une grande quantité de protéines sans en avoir le besoin crée un déséquilibre.

Le sportif

D’après l’insep, les besoins en protéines sont multifactorielles.

Pendant l’effort différentes réponses métaboliques sont à observer :

  • Perte d’eau
  • Baisse des réserves de glycogènes
  • Perte protéiques, suite à la dégradation des tissus musculaires.
  • Une utilisation des lipides due aux besoins d’énergies sur un effort longue durée.

En résumé, les protéines ne sont pas mises en réserve par notre organisme. Donc, en phase de récupération, le sportif a besoin d’aliments riches en protéines, en glucides pour remplir ces réservoirs et en eau.

Marathon
Course Marathon

Les besoins en protéines varient selon plusieurs facteurs. Premièrement, l’état nutritionnel du sportif.

C’est la capacité du corps à digérer, à utiliser et à absorber les nutriments mangés en lien direct avec ses besoins en énergie. Pour améliorer votre état nutritionnel, il est recommandé de consommer des produits sains, acheter des produits locaux, consommer bio, éviter les plats préparés…

Deuxièmement, le poids de corps a un impact direct sur la quantité de protéines à manger, les ratios de protéines par kg de poids ont été établi pour trouver un juste milieu entre la carence et l’excès. Par exemple un marathonien va être beaucoup plus léger qu’un pratiquant de force athlétique.

Troisièmement, le type d’exercice, de l’intensité relative, de sa durée. Le degré de l’effort sur la masse musculaire entre les sports

Force Athlétique
Soulevé de terre

d’endurance et les sports de force ont un impact différent sur le muscle. Il y a aussi la fréquence des entraînements et l’intensité utilisée lors de ses séances qui influent sur la quantité de protéines à consommer.

Quatrièmement, le niveau d’entraînement du sportif et l’objectif sont aussi des facteurs à prendre en compte.

Pour une meilleure récupération les protéines de bonnes qualités avec des acides aminés complets doivent être consommés avec des glucides, car ces derniers ont un effet anabolisant après l’exercice.

Quelques études :

  • Koopaman et Al en 2004 montrent que la consommation immédiatement après l’entraînement de glucides et de protéines permet de favoriser le stockage de glycogène.
  • Koopman et al en 2005 montrent que le mélange protéine, leucine et glucides stimule la protéosynthèse.

 

Pour conclure, les besoins en protéines pour le sportif reste un sujet avec de nombreuses controverses. Cependant, il est évident qu’une activité entraîne une dégradation des tissus musculaires, ce qui engendre un besoin supplémentaire en protéines. Il est également important de souligner, la qualité des protéines consommées doit apporter tous les acides aminés dont l’organisme à besoin.

Enfin, lors de repas végétarien des mélanges de céréales avec des légumineuses, des œufs, des graines sont indispensable pour tirer tous les bénéfices de ces protéines. D’après les études, le meilleur moment pour consommer un repas à haute valeur biologique sera après l’effort !

L’apport en protéine recommandé 1.1g à 1.6g par kg de poids de corps pour les sports d’endurance.

L’apport en protéine recommandé 1.2g à 2.3g par kg de poids de corps pour les sports de force.

 

Les ratios en protéines

 

Les ratios “sport d’endurance” sont moindre par rapport aux ratios “sport de force”, car l’un des buts des sports de force est d’augmenter la masse musculaire. Ce qui contribue à l’amélioration de la performance.

 

Pour le sportif d’endurance :

1/1.1g par jour et par kg de poids de corps : 1 entraînement par semaine.

1.2g par jour et par kg de poids de corps : 2 à 3 entraînements par semaine.

1.2/1.4g par jour par kg de poids de corps : 4 à 5 entraînements par semaine.

1.4/1.6g par jour et par kg de poids de corps : 6 à 7 entraînement par semaine.

Pour conclure, ces valeurs changent en fonction du niveau d’entraînement. Très important, l’apport parallèle en glucide est primordiale dans la synthèse des protéines. La perte musculaire par l’oxydation des acides aminés est diminuée grâce à l’apport des glucides au cours de l’entraînement !

Pour le sportif de force :

1.2g par jour et par kg de poids de corps : 1 entraînement par semaine.

1.4/1.6g par jour et par kg de poids de corps : 2 à 3 entraînements par semaine.

1.6/2g par jour et par kg de poids de corps : 4 à 5 entraînements par semaine.

2/2.3g par jour et par kg de poids de corps : 6 à 7 entraînements par semaine.

Pour conclure, ces valeurs changent en fonction du niveau d’entraînement. C’est l’entraînement qui permet de justifier le gain de masse musculaire par la “destruction” des fibres. C’est avec l’entraînement et la “destruction” des muscles que la synthèse protéique agit pour réparer les tissus endommagés.

 

 

Les meilleures sources de protéines par rapport aux 8 Acides Aminés Essentiels

 

Isoleucine (amandes, légumineuses, céréales, laitage)

⇑ la coordination musculaire/⇑ le taux de sucre dans le sang/⇒ réparation des tissus.

 

Leucine (Blé, riz, soja, lait, maïs)

⇓ le taux de sucre dans le sang/⇑ la résistance à l’effort/⇒ synthèse de l’hormone de croissance.

 

Lysine (poisson, œufs, viande, volaille, soja, fromage)

⇒ Formation des anticorps/⇒ Réparation des tissus/⇑ l’énergie et l’appétit/⇑ le collagène.

 

Methionine (poisson, lentille, viande, laitage, œufs, graines de tournesol, avocat)

⇑ la fluidité des membranes/⇒ Lutte contre la dépression, l’hypertension et les problèmes rénaux/⇓ le mauvais cholestérol.

 

Phenylalanine (pain, œufs, viande, abats, fromage)

⇒ Stimulation de la glande thyroïde, ⇒ Est transformée en dopamine, adrénaline, noradrénaline agit pour le système nerveux, concentration, éveil, mémoire…

 

Thréonine (oeufs, noix, feves, germe de blé)

⇒ Formation Elastine (en lien avec la structure du muscle et la peau)/⇒ Équilibre le système nerveux.

 

Tryptophane (oeufs, laitage, noix de coco, amandes, arachide)

⇒ Est transformé en sérotonine/⇒ Favorise le sommeil/⇑ la tolérance à la douleur.

 

Valine (lait, oeufs, champignons)

⇒ Stimulant/⇒ Résistance aux efforts/⇑ la récupération/⇒ Améliore la glycémie.

 

Les protéines en poudre

Pour comprendre d’ou viennent les protéines en poudre, un retour dans le temps est à faire…

Protéines de lait
Whey Protéine

Nous sommes en Mai 1848 aux Etats-Unis.

Gail Borden, inventeur à créer la Farine de Lait… Aujourd’hui appelé le lait en poudre.

Cette invention était destinée à faciliter le transport et le stockage de produits laitiers dans les pays voisins.

Les protéines en poudre sont donc simplement un produit dérivé de l’alimentation.

On commence par retirer l’eau que contient le lait.

On obtient donc du lait déshydraté, appelé lait en poudre, on le retrouve dans n’importe quelle grande surface.

Ensuite, ce lait déshydraté contient encore des graisses et du sucre (lactose) que l’on va retirer le plus possible, afin de garder un maximum de protéines.

Selon le degré de filtration, on va donc obtenir une poudre contenant entre 80 et 95% de protéines.

Pour finir, la dernière étape consiste à ajouter un arôme et/ou un édulcorant.

Enfin, les protéines en poudre sont prêtes à être consommées.

 

Idées recus :

 

Produit dopant la protéine en poudre ? NON

A priori, des traces de stéroïdes auraient été découverte dans des pots de protéines en poudre. Ces découvertes datent de plusieurs décennies. Aujourd’hui grâce à la réglementation, aux contrôles obligatoires, on ne retrouve plus de produits dopants dans les protéines en poudre.

Enfin, si les protéines en poudre étaient considérées comme des produits dopants, il faudrait également interdire tous les aliments qui en contiennent (viandes, poissons, œufs, laitages, légumineuse…) :O

 

Seraient-elles dangereuse pour la sante? NON

Tout d’abord, l’excès est mauvais pour la santé, que ce soit un excès de protéines ou autre. Les protéines en poudre ne présentent pas de risques pour la santé. Actuellement des sociétés modernes vendent des centaines de produits qui sont tous bien plus mauvais pour la santé (voire dangereux à moyen et long terme) que les protéines en poudre.

 

Obtenir un gain musculaire exceptionnel en peu de temps ? NON

Dans un premier temps, les protéines en poudre ne présentent absolument rien d’extraordinaire. C’est un aliment très pratique car il est facilement transportable et se consomme rapidement. Beaucoup de personnes souhaitent consommer des protéines en poudre dans l’espoir de gagner du muscle rapidement. Ainsi, le fait de consommer la poudre dans un shaker peut s’associer cette image à la gourde de potion magique d’Astérix…

 

Faut-il faire des cures de protéines en poudre ? NON

Aucune raison de se priver de tous les bénéfices que peuvent apporter les protéines en poudre si elles sont utilisées correctement. On ne consomme pas la viande ou le poisson par période, c’est la même chose pour les protéines en poudre.

 

Les avantages des Protéines en poudre

  • Pratique à consommer
  • Pratique à transporter
  • Très faible teneur en graisse
  • Faible teneur en glucide
  • Le gramme de protéines en poudre est moins chez que le gramme des aliments classiques
  • Haute valeur biologique

    Compléments Alimentaire en proteines
    Étagère de Compléments Alimentaires
  • Assimilation rapide pour certaines.
  • Le goût

Les inconvénients des Protéines en poudre

  • Attention à la liste d’ingrédient sur votre pot de protéines plus il y a d’ingrédient plus c’est “mauvais”

Aujourd’hui le produit est très populaire, attention à la qualité. Il est recommandé de consommer la poudre de protéines chez les leaders européens/mondiaux.

Divers tests et analyses sont rendus publique, ceci rend le produit fiable.

Merci de m’avoir lu jusque ici,

Si cet article peut aider quelqu’un, partagez-le 🙂

 

A bientôt les Athlètes Gourmands :

Le Métabolisme est la Clé de la perte de poids

Perdre du poids

Le MÉTABOLISME

Aujourd’hui je vais vous raconter une histoire fascinante sur le métabolisme et la perte de poids. 🙂 Restez attentif à ce qui suit 🙂

Hello, les Athlètes Gourmands,

Andréa, 28 ans, 165 cm, 90 kg obésité modérée, a entamé dans sa vie, de nombreux régimes, elle s’en rappelle bien son premier régime date de ces 16 ans.

le métabolisme
La tour Eiffel

L’aube se levait à Paris, Andréa avait 16 ans, mal dans sa peau, un entourage qui ne l’a soutenait pas et confrontée à la critique régulièrement. Andréa a décidé fermement de perdre du poids. Avec un régime hyper-protéiné, elle a tout de même réussi à en perdre 15 kg. A cette époque, Andréa pesait 81 kg, donc après son régime 66 kg.

La miss était bien contente d’en être arrivée jusque là.

Au fil des semaines, et sans pratiquer de sport, car manger si peu est fatiguant, elle se voyait maigrir à vu d’œil. En 1 mois de temps la jeune femme s’était littéralement transformée.

Son corps avait bien évidemment subit son régime, une restriction calorique inattendu, une restriction cognitive, et qui dit restriction cognitive dit privation et dit lourdes conséquences.

En agissant ainsi,

Andréa a abaissé son métabolisme.

Le métabolisme c’est la quantité totale d’énergie que le corps a besoin quotidiennement dans le but de survivre.

Car oui le métabolisme réagit mal aux régimes et se met en mode protection, pour garder de l’énergie en cas de période de restriction… et une période de restrictions c’est tout simplement un Régime !

Andréa, suite à son régime, 3 mois plus tard elle avait repris ses 15kg.

Voila les conséquences d’une alimentation hasardeuse sans suivi hebdomadaire l’effet “culbuto”. Retour à la case départ des 81kg, un mois plus tard, elle est passée à 86kg et avait repris 5kg.

Métabolisme
l’effet culbuto

Andréa a reprit son poids car elle n’a pas su tenir sur la durée les conseils “post perte de poids” de réadaptation du régime.


Le Régime dit en criant, VOUS ALLEZ PERDRE DU POIDS ! et dis en chuchotant, SUIVEZ ATTENTIVEMENT LA RÉADAPTATION ALIMENTAIRE POST RÉGIMES… 


Elle a donc repris ses 15kg sans mangez autant qu’elle mangeait avant de faire son régime, pour la simple et bonne raison que son corps n’a pas compris ce qui s’est passée en si peu de temps et à donc réagit en URGENCE !


Le Corps d’Andréa a dit : Je stocke plus, je protège mes graisses, et j’élimine moins d’énergie car j’ai peur que ça recommence …


Par la suite

Andréa déboussolée a retenté plusieurs régimes, sans réussite. Une chose découverte fut intéressante à comprendre, c’est qu’aucun des autres régimes à été plus efficace que le premier qu’elle avait fait. Le corps est donc vraiment une machine incroyable qui s’habitue !

Convaincue qu’elle pourrait y arriver seule, de ses 16 ans à ses 28 ans, Andréa a essayé plusieurs régimes couplés avec des activités sportives semblaient être plus efficaces que d’autres.

En effet l’activité physique augmente le métabolisme, dû aux besoins d’énergies pendant l’effort mais aussi grâce à la phase de récupération après l’effort.

De plus, le sport encourage la création de muscle et c’est ce dernier qui est grand consommateur d’énergie et de calories. Ce qui veut aussi dire que plus on perd de la masse musculaire plus notre métabolisme ralentit avec le temps et l’âge.

Pour Andréa ces régimes couplés au sport étaient beaucoup plus fatiguant…Andréa mangeait de manière insuffisante et sans tout les éléments essentiels que son corps a besoin.

Enfin bref, déception après déception, c’est à l’age de 28ans que Andréa pris un professionnel de la santé pour l’aider à perdre du poids.

Voici l’histoire de sa réussite 🙂

L’individualisation l’a sauvé.

Le métabolisme
Équation Théorique 🙂

Premièrement, sur le plan Alimentaire : Selon l’équation théorique de HARRIS et BENEDICT 

(le calcul de l’estimation du Métabolisme de base d’Andréa)

Opétation pour la femme : 655.1 + (9.56 x poids en kg) + (1.85 x taille en cm) – ( 4.67 x âge)

 

Opération pour l’homme : 66.5 + (13.75 x poids en kg) + (5 x taille en cm) – (6.77 x âge)

 

Donc pour Andréa : 655.1 + (9.56 x 90kg) + (1.85 x 165cm) – (4.67 x 28ans) = 1951.26kcal

Andréa en voyant ce chiffre fut extrêmement surprise et ne s’attendait pas à ça…

En résumé cela veut dire que son corps a besoin de 1951.26kcal par jour pour fonctionner correctement, sans pratiquer d’activité régulière.

Andréa se retrouvait avec des jours ou elle mangeait 1200kcal… 

Deuxièmement, maintenant que nous avons ce que Andréa consomme sur 1 journée, nous allons ajouter un coefficient d’activité.

 

Les différents Coefficients d’Activités
  • 1 : Aucune activité de la journée, soit Sommeil, Repos allongé.

 

  • 1.2 : Activité très légère, soit travail sédentaire assis, travail de bureau + éventuellement marche, activité sportive irrégulière et rare.

 

  • 1.3 : Activité légère, soit travail assis et ajouter à cela 1 à 2h d’activité régulière par semaine.

 

  • 1.4 : Activité très moyenne, soit un travail sédentaire ajouter à cela 2 à 3h d’activité sportive régulière par semaine.

 

  • 1.5 : Activité moyenne, soit travail sédentaire, plus déplacement au travail et en plus 3 à 4h d’activité régulière par semaine.

 

  • 1.6 : Activité modérée, soit un travail en position debout, nombreux déplacement, bricolage + une activité régulière sportive par semaine de 2 à 3h.

 

  • 1.7 : Activité plus modérée, soit un travail debout, avec des déplacements, bricolage + une activité régulière sportive par semaine 3 à 4h.

 

  • 1.8 : Activité  importante, soit un travail physique avec déplacements, manutention, travail en extérieur, plus une activité réguliere par semaine 2 à 3h.

 

  • 1.9 : Activité très importante, soit un travail physique, beaucoup de déplacement, manutention, travail en extérieur plus activité régulière allant de 3 à 4h par semaine.

 

  • 2.0 Acitivté intense : Travaux de force, bâtiments terrassement, plus activité sportive régulière au moins 2/3h ou sportif de haut niveau.

 

Andréa se situe dans la catégorie (1.3) étant fonctionnaire, elle exerce son métier assise à son bureau. Elle pratique 1h de marche avec son ami Lea, et fais une seance de sport, dans un club près de chez elle.

Le Calcul avec le Coefficient d’activité

Résultat de l’équation de Harris et Benedict x Le coefficient de d’activité = Besoins Théoriques Quotidiens de Andréa.

1951.26 kcal x 1.3 = 2536.63Kcal

Andréa a besoin de 2536.63Kcal par jour du haut de ces 165cm et 90kg.

Après cette entretien Andréa a constaté qu’elle mangeait bien en dessous de ce dont elle avait vraiment besoin.

La première chose à faire, est bien sur de réajuster en augmentant ses calories petit à petit jusqu’à 2300/2400Kcal. C’est à partir de là que tout a commencer pour elle. Pour son métabolisme, l’important n’est pas de manger moins, mais de manger mieux 🙂

Ici l’article pour RELANCER son Métabolisme 🙂

Pour Conclure,

Le métabolisme
Maintenant vous savez 😉

Nous savons que le métabolisme est la dépense total d’énergie que le corps à besoin de manière quotidienne. Nous savons que le métabolisme est propre à chacun. Et que l’on peut le calculer grâce à une équation théorique.

L’influence de l’alimentation sur le métabolisme a des conséquences assez lourdes sur son fonctionnement surtout en cas de restriction calorique.

L’influence de l’activité physique a un bon impacte sur le métabolisme, car il y a augmentation de la consommation d’énergie. Aussi pendant l’effort et après l’effort, et en plus par la densité musculaire.

Enfin, aujourd’hui Andréa a 32 ans elle fait 64 kg pour 165 cm et se sent mieux dans son corps et dans sa tête. Elle a compris que les efforts paient uniquement sur la durée.

Merci de m’avoir lu, jusqu’ici, si vous vous reconnaissez dans cette histoire, laissez un commentaire 🙂

A bientôt les Athlètes Gourmands 🙂

 

 

 

Les Lipides, Comment et Pourquoi ?

Lipides et Cholestérol

Les lipides nous raconte l’histoire d’une équipe de foot qui perdait tout le temps ces matchs…

Hello, les Athlètes Gourmands,

L’entraîneur ne comprends pas, ce qu’il se passe, il possède pourtant une équipe de 11 joueurs titulaires et 5 remplaçants…

Tout d’abord, après un Bilan, on constate une équipe complètement déséquilibrée, les 16 licenciés comprennent 6 gardiens de buts, 9 défenseurs et 1 ailier.

L’équipe n’est pas équilibré…  On retrouve la même problématique avec les lipides.

  • Le gardien représente les acides acides saturés
  • Les défenseurs représentent les acides gras mono-insaturés
  • Les milieux représentent les acides gras poly-insaturés
  • Les attaquants représentent les acide gras poly-insaturés
  • Les ailiers représentent les acide gras trans et cis, il ne sont pas indispensable.

Bienvenue dans ce nouvel article dédié aux lipides qui font parties des macronutriments indispensables à la bonne marche de notre corps.

Les lipides sont souvent limités, voir effacés de notre alimentation, dans la peur de prendre du poids.

Concernant, les régimes, les adaptations, les lipides ne trouvent que très peu leur place, c’est bien triste car ils sont fondamentalement important pour la bonne marche de notre organisme.

Les nutritionnistes conseillent de consommer environ 1g de gras par kg de poids de corps.

Ces acides gras forment des triglycérides, qui sont une source d’énergie pauvre en eau. En somme, le gras n’engendre pas la rétention d’eau.

Ces triglycérides sont stockés dans le tissu adipeux en attendant d’être utilisé lors d’une activité d’endurance comme la course à pied par exemple. 🙂

Nous classons les lipides sous 4 formes : les lipides saturés, les lipides mono-insaturés, les polyinsaturés et les acides gras trans et cis.

 

Les Lipides Saturés

 

Lipides saturés
Assiette de viande

Premièrement, ces acides gras interviennent principalement dans la gestion de la fluidité des membranes cellulaires biologiques, ces substances lipidiques soignent, réparent et assure le mouvement de nos cellules.

Deuxièmement, les recherches scientifiques conseillent une consommation de 10 à 12% de ses besoins énergétiques sous forme d’acides gras saturés. En fonction de votre poids de corps les quantités sont à adapter.

Enfin, ces acides gras ont mauvaise réputation car ils sont consommés en trop grande quantité, et par conséquent il favorise du mauvais cholestérol.

Nous retrouvons ces lipides dans la viande, la lait, le beurre, le fromage, l’huile de coco, de palme…

 

Les Lipides Mono-insaturés : oméga 9

 

Lipides dans les avocats
Avocat

 

Les lipides mono-insaturés contribuent au bon cholestérol. Tout simplement ces chaînes d’acides-gras mono-insaturés, sont des molécules aérées ou il est plus simple pour l’organisme de les utilisées. Une fois dans l’intestin, il y a une action physiologique qui enclenche d’une part la diminution du mauvais cholestérol et d’autre part, augmente le bon cholestérol.

De plus, ils ont également un effet bénéfique au fonctionnement du système cardiovasculaire, ces lipides mono-insaturés vont déloger les graisses tenaces dans nos artères. On parle ici du Cholestérol HDL.

Finalement, nous trouvons ces lipides de délicieuses huiles et sauces, l’avocat, la viande,fromages, beurre…

Les Lipides Poly-insaturés (Oméga 3 et 6)

 

Lipides poly-insaturés
Huile d’olive

 

Ces acides gras sont les bases structurelles de nos cellules. les omégas 3 et 6 contribuent :

  • A la contraction des muscles lisses par exemple les bronches, les vaisseaux sanguins…
  • A la sécrétion des glandes muqueuses.
  • Aux transports de molécules à travers les vaisseaux sanguins.
  • A la vasoconstriction (limite les saignements lors de plaies ouvertes).
  • A lutter contre l’asthme

Pour toutes ces raisons, ces acides ont une excellente réputation en vue de leurs vertus, à mettre en avant dans notre alimentation, car ils sont plus rares dans les aliments que d’autres acides gras. Nous les retrouvons dans les huiles végétales :colza, olive et diverses graines comme le lin.

 

Les Lipides Insaturés : les Acides Gras Trans et CIS

 

Lipides
Acides Gras Trans et Cis

 

Premièrement, ce sont des lipides ayant subit une transformation au sein d’un procédé industriel appelé hydrogénation. (c’est un traitement qui ajoute à l’acide gras insaturé une molécule hydrogène)

Dans le but de transformer des corps gras liquide en corps gras semi-solide (margarine). A la base ces acides gras ont été créer pour conserver divers gâteaux, de biscuits et viennoiseries…

En conclusion, ces lipides insaturés trans et cis créer par l’industrie sont d’aucune utilité dans le fonctionnement de notre organisme. Ils augmentent le taux de mauvais cholestérol (LDH). Les acides gras trans et cis retrouvés naturellement en petite quantité dans la viande animale ou le lait présentent aucun effet sur la fréquence des maladies cardiovasculaires.

Le cholestérol

Lipides et Cholestérol
Oeuf

Tout d’abord, il se retrouve dans tous les lipides, il est crée par le foie et apporter par l’alimentation. Son action est essentiel dans la structure des cellules, il agit également sur la bonne marche des glandes surrénales et les hormones liées aux ovaires et testicules. (Un point sur les hormones est abordé ici)

La différence entre le bon et le mauvais est simplement le mode de transport que ce dernier utilise, le bon cholestérol est transporté via la lipoprotéine. Le mauvais cholestérol est appelé “LDL” (Lipoprotéine à faible densité) et le bon cholestérol  “HDL” (Lipoprotéine à haute densité).

En résumé, la lipoprotéine est un assemblé chimiques de protéines (appelé apolipoprotéine) et de lipides (appelé cholestérol).

Pour conclure, le bon et le mauvais cholestérol partent du foie ou il y est fabriqué, le mauvais cholestérol circule et stagne dans nos artères et vaisseaux sanguins, c’est la qu’intervient le bon cholestérol, ce dernier fait le ménage et ramène dans le foie les déchets lipidiques pour les éliminer avec la bile.

Enfin, pour encourager le Cholestérol HDL, il est recommandé de consommer des lipides mono-insaturés et poly-insaturés.

Merci de m’avoir lu jusque ici 🙂 j’attends vos retours dans les commentaires !

Voici le site de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, vous retrouvez une montagne d’informations complémentaires

Partager cet article si vous pensez qu’il peut aider quelqu’un 🙂

A bientôt les Athlètes Gourmands 🙂